mardi 25 octobre 2011

I want to go to Winnipeg... with you

Ce soir je suis allée au concert de Julien Doré à l'Olympia et j'ai passé une très agréable soirée... Alors oui, quand j'ai dit à mes collègues/amis que j'allais voir Julien Doré, j'ai essuyé des moqueries, mais j'assume complètement mes goûts musicaux, même s'ils peuvent paraître ringards aux yeux de certains.
Ceci étant dit, je savais que sur scène cela allait être un grand moment, mais ça l'a été au-delà de mes espérances...
D'abord, j'aime beaucoup son dernier album "Bichon", sur lequel collabore avec lui  Armand Mélies (il a écrit pour Bashung sur son dernier album Bleu Pétrole mais aussi son premier album Ersatz et il est présent sur scène), Françoise Hardi pour un duo magnifique et il a ressorti de son placard Yvette Horner... énorme...

Il écrit la plupart de ses textes, et ce type est un véritable showman et a le sens de la mise en scène. Sur scène est disposé un décor qui ressemble aux orchestres des années 60, les musiciens sont en costards-cravate-noeud-pap et ils font tout : guitare, chant, choeur, percussions...
Il arrive tout vêtu de noir avec une chemise à paillettes, noire également. Les cheveux longs frisés et blonds, il a le visage d'un ange... encore plus lorsqu'il pose sur ses cheveux une couronne de fleurs. On  croirait un personnage tout droit sorti de la comédie musicale Hair.
Il connait le succès mais n'oublie pas les copains, il fait signer ses potes, les Watters Lilies (jamais entendu parlé) pour sa première partie et les fait revenir sur scène pour un duo durant le concert. Il embrasse tout le monde, chahute ses musiciens, une bande de potaches quoi !
Christophe monte sur scène pour un duo avec lui.... (j'ai entendu des gens demander qui il était.... je me suis sentie has been à mort car moi je savais !!!)
Il aime le public et joue constamment avec lui : au cours d'une chanson, il disparaît de la scène et réapparait au balcon. Alors que le vigile tente de le suivre pour assurer sa sécurité, il escalade la rampe à incendie et, suspendu par un bras au dessus du sol, il est  récupéré par le public, il traverse l'orchestre et retourne sur scène. Il a écrit une chanson spécialement pour le concert : I want to go to Winnipeg with you... que le public reprend allégrement avec lui.
Il introduit des instruments/objets improbables, et pourtant ça fonctionne : une sorte de trompette, une flute à bec, un gong, une télé en noir et blanc, des cymbales et son légendaire Yukulele. Il chante juste, sa voix, suave, grave ou aigue, donne le frisson.
Tout au long du concert, j'avais l'impression d'assister en direct à une émission de Maritie et Gilbert Carpentier : il y a un décor, le public est toujours surpris, des gens vont et viennent sur scène, on y croise même l'oncle Ben's.  Julien Doré raconte des histoires, se moque de lui-même, joue du piano en playback, il est très drôle et le public, totalement conquis, lui fait une ovation de plusieurs minutes, grandement méritée. Puis c'est au tour de ses musiciens de lui rendre hommage en se plaçant dans le public pour lui chanter une chanson à capella.
Là, on croit que c'est fini mais non, Julien prévient que le groupe va se réunir au milieu du public pour une dernière chanson sans micro, la salle entière est debout qui reprend le refrain, la magie continue d'opérer.
Bref, vous l'avez compris, j'ai beaucoup aimé ce concert mais si on devait se séparer, Julien et moi, je lui laisserais le Bichon ... mon bichon:-)

Photo : L'Express.fr

9 commentaires:

  1. Rien ne remplace l'ambiance d'un concert...

    RépondreSupprimer
  2. Heu juste un truc qui me chiffone, c'etait réellement l'oncle Ben du riz de la Tv?

    RépondreSupprimer
  3. #L@aure : oui, un concert, c'est un moment vrai, on ne triche pas. Pour Oncle Ben's, en fait c'est dans une chanson (qui ne se trouve pas sur l'album) et qui fait :
    Hey Girl !
    What's your name ?
    My uncle is the uncle Ben's
    etc... et j'ai trouvé ça rigolo...
    Il y avait d'autres chansons comme ça, courtes, écrites spécialement pour la tournée, et je trouve ça génial car même si on vient pour entendre l'album, on repart avec plein de cadeaux "bonux" comme celui-là et on se dit, peut-être, si un Live sort, ou un DVD du concert, je l'achèterai.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne l'imaginais pas aussi délire. Tu donnes envie avec une telle description.

    RépondreSupprimer
  5. La Fille de l'Air26 octobre 2011 à 09:27

    Ahhhhh, j'attendais avec impatience ton nouveau billet sur Les Bottes Rouges et j'ai adoré ta description du concert...J'ai eu l'impression de le vivre avec toi!
    Tu aurais du être journaliste...
    Ca ne m'étonne pas que ses concerts soient une réussite : c'est un artiste né...Trop cool, l'arrière-petit-neveu de Gustave!!! ;o))

    RépondreSupprimer
  6. Superbe article ! C'était la seule saison de la Nouvelle Star que je regardais quand il l'avait emportée !!!
    Ca a du être vraiment terrible comme concert!
    Merci pour ce partage !
    Bisous

    RépondreSupprimer
  7. C'est vrai que ton article transmet très bien ta passion et ton émotion. Je n'avais pas bien aimé son premier album mais je sais qu'il peut être fantastique sur scène!!

    RépondreSupprimer
  8. Has been à mort en effet !!! Je n'aurais pas pensé qu'une petite fille comme toi connaisse les émissions de Maritie et Gilbert Carpentier ;-) En revanche, shame on me ! Si je connais Christophe et les Maritie et Carpentier, je ne sais pas grand chose de Julien Doré, mais au regard de ton article, je me serais régalée d'être à ce concert !

    RépondreSupprimer